Derniers sujets
» Les photos d'un jardin...
Dim 04 Déc 2016, 17:41 par Cassalamandre

» Liste (non exhaustive) de sites d'achats véganes
Sam 23 Juil 2016, 22:46 par Sychriscar

» Liste (non exhaustive) de sites et blogs de recettes
Sam 23 Juil 2016, 22:36 par Sychriscar

» Liste (non exhaustive) de sites et blogs
Sam 23 Juil 2016, 22:34 par Sychriscar

» Liste (non exhaustive) de Youtubeurs et Youtubeuses
Sam 23 Juil 2016, 22:04 par Sychriscar

» Coca-Cola
Sam 23 Juil 2016, 14:25 par Cassalamandre

» Votre moyen de transport est-il écolo ?
Dim 03 Juil 2016, 20:58 par Gallayaz

» Deux petits aquariums...
Sam 21 Nov 2015, 17:47 par Cassalamandre

» Un chat : Nao
Sam 21 Nov 2015, 17:37 par Cassalamandre

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 36 le Lun 29 Mai 2017, 18:24

Coca-Cola

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Coca-Cola

Message par Cassalamandre le Sam 23 Juil 2016, 14:25

  Le Coca-Cola, cette boisson si célèbre que son nom en est devenu le deuxième mot le mieux compris à travers le monde, juste après « O.K ». Qu’est ce qui se cache véritablement derrière cette boisson, consommée en quantités astronomiques à l’échelle mondiale ?
 
  Un peu d’histoire tout d’abord. Coca cola a été inventé en 1886 par John Pemberton à Atlanta, et a été servi pour la première fois le 8 mai de la même année. Au départ crée pour son faible coût de fabrication et sa rentabilité élevée, ce ne fut qu’un « élixir » parmi d’autres de la part du pharmacien. En effet, celui-ci cherchait avant tout à rembourser ses dettes, dues à une addiction à l’héroïne et à l’opium : un début peu glorieux.
 Le succès du vin Mariani (une boisson Française entre vin de Bordeaux et feuilles de coca) étant très important à l’époque -y compris à Atlanta-, Pemberton s’empara de la recette, l’améliorant grâce à l’ajout de graines de kola (fortement caféinées). La boisson eut elle-aussi beaucoup de succès, attisant la curiosité de certaines personnes qui remarquèrent une grande ressemblance entre les deux succès. Pemberton mentit alors à ce propos, assurant qu’il avait créé sa propre boisson deux ans avant l’arrivée du vin Mariani, autrement dit qu’il n’y avait aucun plagiat : ce mensonge suffit à clore les plus grandes récriminations. Le breuvage était alors une boisson alcoolisée à base de feuilles de coca en poudre (cocaïne), de noix de kola (caféine) et de damiana, le tout dilué dans de l’eau gazeuse (autres ingrédients : acide citrique, extrait de vanille, jus de citron vert, arôme 7X contenant alcool et huiles essentielles -orange, citron, muscade-, sucre, eau et caramel).
 Peu de temps après, l’interdiction d’alcool dans la ville d’Atlanta obligea la société J.-S Pemberton & Company (tout juste fondée) à modifier leur recette, sans alcool cette fois-ci mais toujours à base de coca, afin de se démarquer grâce au goût des autres boissons type orangeade. Il s’associa alors avec Franck Robinson, qui inventa le nom de Coca-Cola (l’association des deux plantes, avec un C pour les graines de Kola, car le nom paraissait plus rythmé ainsi), la typographie -qui est encore la même-, et accompagna cela d’une publicité massive. Pourtant, jamais aucun des deux hommes n’auraient imaginé que le succès de leur invention serait tel qu’il a été, et demeure aujourd’hui.
 
  Penchons-nous sur les chiffres : on peut dire que la France est un des pays les moins touché par « l’épidémie Coca-Cola ». En effet, on en estime la consommation par an et par habitant à 17 litres, tandis qu’elle atteint les 85 litres aux Etats-Unis, 60 litres en Norvège, 46 en Allemagne… Sans oublier que ces moyennes augmentent chaque année, ces chiffres ne datant que de 2006.
 Le film Super Size Me de Morgan Spurlock montre son auteur manger tous les jours au McDonalds à tous les repas. Mais il ne faut pas oublier que la boisson qui revient le plus souvent avec les fameux hamburgers est bel et bien le soda Coca-Cola. Spurlock termina le film avec d’énormes problèmes de santé, en partie également à cause de ce dont il se servait pour s’hydrater…
 
  Justement, en ce qui concerne notre santé, ce que l’on entend à propos des méfaits du Coca-Cola sur son consommateur est bien fondé. Nous observons un lien indirect entre sa consommation et l’obésité. En effet, le sucre crée une nouvelle addiction, poussant le consommateur à boire un nouveau verre. D’après l’OMS, l’obésité  se définit par  un IMC égal ou supérieur à 30, et le surpoids par un IMC égal ou supérieur à 25. En 2014, 39% des adultes étaient en surpoids, ainsi que 42 millions d’enfants de moins de 5 ans. Un nouveau coup pour l’état, qui se doit de dépenser énormément d’argent pour venir en aide aux personnes touchées. Des fonds qui auraient pu servir à de nombreuses autres causes pressantes, comme la protection d’un environnement en pleine dégradation.
 Deux ingrédients importants participent à l’addiction du consommateur : la caféine et sucre, auquel on peut ajouter les innombrables méfaits de l’acide phosphorique. Des effets que l’on sous-estime peut-être.
En ce qui concerne les autres types de Coca-Cola dits « sans sucres » ou « light », le sucre est remplacé par l’aspartame (E951), un édulcorant faible en calories mais de saveur identique au sucre. Cependant, la nocivité de cette substance est controversée : certains affirment qu’elle est dangereuse à forte dose (effets neurotoxiques), d’autres soutiennent qu’elle n’a rien de néfaste. Nous ferons simplement remarquer que l’aspartame a été interdit plusieurs fois aux Etats-Unis par la FDA, avant finalement d’être autorisée en 1985, le brevet ayant été racheté par Monsanto.
 Ces autres types offrent différents packagings attractifs, chacun remplissant des fonctions particulières. Celles-ci sont en réalité inexistantes, simplement suggérées par leur présentation. Par exemple, le Coca Life donne une impression de naturel avec son étiquette verte. Celui Zéro a une typographie claire et nette, le texte est écrit noir sur blanc, comme s’il n’avait rien à cacher.  Celui Light est censé ne pas contenir de calorie, comme l’écriture fine le laisse deviner. Le consommateur est ainsi facilement influençable, aux yeux d’une marque qui sait y faire.
 
  Consommer une faible quantité de Coca-Cola n’est pas dangereux, c’est l’excès provoqué par une addiction qui est nocif. Une addiction encouragée non seulement par les ingrédients, mais également par le marketing (publicités, facilité d’accès, packaging…) qui incite à consommer.
 On peut également préciser que les effets néfastes ont une portée individuelle, mais également collective puisque la fabrication de la boisson est dégradante pour l’environnement et la biodiversité : il faut par exemple 2,5L d’eau pour produire un seul litre de Coca-Cola. On peut faire un rapide calcul : 94L de coca consommé par an/personne aux EU en 1996 * 2.5L d’eau utilisée pour chaque L de Coca = 235L d’eau consommée par personne et par an, indirectement, en sachant que la consommation a augmenté depuis.
 Aujourd’hui, l’entreprise utilise 10 000 L d’eau par seconde dans le monde pour leur production, dont seulement 40% est utilisée à l’intérieur de la boisson (le reste sert à climatiser, rafraichir, rincer…). Le gaspillage est énorme.
 L’eau est puisée en partie dans des nappes phréatiques, au Mexique par exemple. Celle-ci elle est ainsi destinée en premier lieu à la marque, et non à la population, qui se retrouve certaines fois obligée d’acheter du Coca-Cola à la place d’une bouteille d’eau, car le soda revient moins cher. C’est ce qui explique que les mexicains soient les plus gros consommateurs de cette boisson. On peut ajouter qu’il fait parti des pays où le taux d’obésité est le plus élevé.
 
  Chacun est libre de ses choix, mais il ne faut pas négliger l’ensemble des impacts qu’à le Coca-Cola sur le monde. En consommer volontairement à des doses très élevées est extrêmement néfaste pour sa propre santé. Mais cette consommation influe également directement sur ce qui nous entoure, encourageant un lobby extrêmement polluant, tandis que notre environnement se détériore déjà de manière exponentielle.
 
Reproduction interdite sans autorisation

Sources:

________________________


Le blog PMA, c'est par ici !
avatar
Cassalamandre
Fondatrice
Fondatrice

Messages : 221

Voir le profil de l'utilisateur http://www.alittlemarket.com/boutique/fashioncass-889259.html

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum